Actualités

 

MISSION GEMAPI (EN CREUSE)

L’équipe de Géodia Expertises a été missionnée, durant 10 mois, par la Communauté de Communes Creuse Sud-Ouest afin de réaliser une “étude d’aide à la mise en place de la compétence Gemapi”, axée sur le volet expansion des crues. Elle concernait 70 communes et 32 masses d’eau.

Rappel : La GEMAPI, Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations, est une compétence dévolue aux communes ou à leur intercommunalités et est obligatoire depuis le 1er Janvier 2018.

L’étude est divisée en quatre phases de travail :

  • Recueil et analyse des données ;
  • Modélisation hydraulique et analyse des zones d’expansion des crues ;
  • Identification des enjeux : biens et personnes, ouvrages, zones humides ;
  • Bilan et propositions d’actions chiffrées.

La GEMAPI est prise en charge par la Communauté de Communes Creuse Sud Ouest. Le territoire qu’elle administre, est depuis longtemps influencé par des politiques en faveur des milieux aquatiques. Cependant, le volet ‘’PI’’, Prévention des Inondations est peu développé et nécessite un diagnostic – notamment l’identification des enjeux et leur vulnérabilité. Cette démarche vient parachever le volet ‘’GEMA” Gestion des Milieux Aquatiques.

PHASE 1
La première phase a fait l’objet d’un état des lieux des données existantes sur le territoire, synthétisé au travers de fiches et de cartes.
Ce diagnostic permet d’observer l’essor de la gestion des milieux aquatiques sur le territoire étudié et le stade d’avancement de celle du risque inondation. Les données liées aux milieux aquatiques ont ainsi été contextualisées, résumées, et harmonisées.
Les informations inhérentes aux inondations ont été, quant à elles, complétées par deux enquêtes : une enquête globale impliquant toutes les communes du périmètre étudié (questionnaire par voie électronique) ; et des entretiens menés pour les 11 communes recensées par le DDRM, en risque inondation (niveau 1 à 2).

PHASE 2
Pour chaque masse d’eau ont été identifiées les ZEC (Zones d’Expansion des Crues), : au niveau cartographique, divers informations ont été superposées notamment les enjeux bâtis. Les ZEC sont issues d’analyses hydrogéomorphologiques et sont définies notamment au moyen de données topographiques. Un premier repérage a permis de cibler les secteurs à enjeux les plus “sensibles” : des simulations de débordement ou “modélisation hydraulique” ont été réalisées pour certains de ces secteurs (six en tout).
Ci-après un exemple de ZEC :

PHASE 3
Cette troisième phase d’étude était consacrée à l’identification d’enjeux :
La sécurité des biens et des personnes : après regroupement des enjeux par secteur (selon un critère de distance), nous avons évalué pour chacun leur vulnérabilité selon des critères précis (typologie des bâtiments, occupation du sol notamment imperméabilité, réseaux sensibles, etc.). Ainsi, 38 secteurs ont été évalués comme étant particulièrement vulnérables et classés ‘’prioritaires’’ en termes d’intervention.

Les zones humides : en se basant sur la base de données ‘’Zones à dominantes humides’’ fournie par l’EPTB Vienne, nous avons définis la ou les fonction(s) dominante(s) pour chaque type de zone humide. (Exemple : les ‘’boisements à forte naturalité’’ cumulent les trois fonctions possibles : hydrologique, biogéochimique et écologique). Nous avons sélectionné les zones humides jouant un rôle important en prenant en compte leur degré de fonctionnalité et leur niveau d’intérêt (superficie, connexion au cours d’eau et absence/présence de drainage). Sur les 6 401 zones humides du périmètre d’étude, 559 ont été classées en ‘’priorité d’intervention’’.

Les ouvrages : les ouvrages présents sur les cours d’eau ont été inventoriés selon leur nature (barrages, ponts, seuils, buses, etc) et analysés en fonction de leurs impacts possibles sur le comportement des crues (Base de données utilisée : Référentiel des Obstacles à l’Ecoulement). Nous avons mis en avant les ouvrages représentant un danger potentiel en corrélant ces informations aux secteurs bâtis prioritaires présents à proximité.

La gestion équilibrée des milieux aquatiques : l’objectif de cet enjeu est double : synthétiser les actions réalisées dans le cadre des Contrats Territoriaux en termes de gestion des cours d’eau (lié à la prévention des inondations) ; puis de se focaliser sur les zones à enjeux prioritaires en identifiant les travaux et les diagnostics effectués. Ces informations ont permis de définir les secteurs où des précautions/entretiens seraient à apporter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PHASE 4
La dernière phase d’étude a été dévolue au bilan et au programme d’action chiffré. Quatre niveaux d’actions ont ainsi été listés :

  • Études et diagnostics complémentaires,
  • Travaux d’entretien, de restauration et de protection,
  • Actions de prévention,
  • Actions de sensibilisation.

Chaque catégorie est organisée par fiche (description, méthodologie de mise en place, acteurs mobilisés, coûts et temporalité).

Une réflexion autour du réchauffement climatique et de ses influences sur les cours d’eau (et sur la gestion de l’eau en générale) est venue conclure ce travail.

L’étude a été ponctuée par des COPILs de présentations aux représentants des divers acteurs concernés (EPCI, communes, DDT, EPTB, etc.) et des COTECHs avec le maître d’ouvrage.

%d blogueurs aiment cette page :