La notion de « risques naturels »

Qu’est-ce qu’un risque naturel ?

Le « risque » résulte de trois facteurs : un aléa, des enjeux et la vulnérabilité de ces derniers.

En gestion des risques, un aléa est la manifestation d’un phénomène naturel : une crue, une tempête, une avalanche, un glissement de terrain, etc. Sa nature, sa fréquence d’apparition, son intensité destructrice et son étendue permettent de le caractériser. L’aléa ne devient « risque » que lorsque les sociétés humaines sont impactées. Les enjeux (personnes, biens, activités) exposés sont alors susceptibles de recevoir des dommages. La propension des enjeux à résister à un risque, à recevoir plus ou moins de dommages, peut être définie grâce à leur vulnérabilité.

Bruno Ledoux l’explique pour un risque d’inondation « […] deux maisons de valeur vénale identique ne subiront pas forcément, pour un aléa équivalent, des dommages similaires. Tout simplement parce que leur fragilité n’est pas la même, en raison de nombreux paramètres qui peuvent être : le niveau du plancher habitable par rapport au terrain naturel, les matériaux utilisés, […] ». Bruno Ledoux, la gestion du risque inondation, Lavoissier, 2006.

Aléas : origines et natures

Nous pouvons distinguer deux origines distinctes :

  • les risques d’origine climatiques ou hydroclimatiques qui sont directement liés aux éléments (vent, pluie, etc.) et aux phénomènes atmosphériques : tempêtes, tornades, grêle… ou qui en sont les conséquences indirectes : inondations, submersions marines, avalanches, retrait du trait de côte, coulées de boue, etc.

  • les risques d’origine morphodynamiques ou géologiques, qui sont liés aux mouvements de la Terre : glissements de terrain, effondrements, séismes, volcanisme, etc.

Geodia Expertises intervient principalement pour les risques d’origines climatiques et hydroclimatiques (notamment les inondations, les submersions marines et les tempêtes), particulièrement présents en France.