Diagnostics de vulnérabilité physique

Nous proposons aux collectivités locales, syndicats mixtes, entreprises, exploitants agricoles, associations de riverains ou riverains individuels de diagnostiquer leurs infrastructures soumises au risque.

 Les objectifs d’un diagnostic et les résultats qu’il entraîne sont :

  • la réduction des dommages aux biens ;

  • la mise en sécurité des personnes ;

  • l’optimisation du retour à la normale.

Geodia Expertises est habilitée à proposer ce service en particulier pour les risques climatiques :

Inondations (de plaine, coulée de boue, par crues torrentielles, par remontée de nappe ou par ruissellement)
Submersions marines
Tempêtes
Grêle

Cette démarche est utilisée sur des zones bâties. Si chaque bâtiment est observé, l’échelle globale de l’étude peut varier (cela dépend du porteur de projet) : un bâtiment, une rue, un quartier, une commune, une agglomération, une communauté de communes, un bassin-versant, etc. Afin de réaliser un diagnostic complet nous procédons en trois étapes :

1) Le recueil des données : aléa & recensement des enjeux exposés

Il s’agit de rassembler les données relatives à l’aléa et de mettre en lumière les enjeux pouvant être touchés et endommagés pour jauger leur niveau de vulnérabilité. Pour cela nous utilisons une grille de critères et/ou un questionnaire.

2) L’estimation du niveau de vulnérabilité :

Les données recueillies précédemment nous permettent une appréciation du niveau de vulnérabilité d’une infrastructure (calcul d’indices, cartographies, etc).

3) Les conseils après diagnostic

En fonction du niveau de vulnérabilité, des éléments qui présentent un fort potentiel de dommages face au risque, nous proposons des solutions afin de les protéger. Ce bilan peut être chiffré (coûts des dommages / coûts-bénéfices des mesures d’investissements).

La mise en œuvre des mesures de résilience que nous conseillons, reste la volonté du client. Cependant, Geodia Expertises peut être un intermédiaire entre les interlocuteurs et peut superviser les chantiers des  travaux éventuels.

Ces expertises concernent :

Les zones bâties, en particulier l’habitat (campings inclus – ils sont aussi soumis au Code de l’Urbanisme et aux règles de l’occupation du sol).

Les entreprises, un volet particulier du diagnostic sera consacré à :

  • l’analyse fonctionnelle : activités, équipements… ;

  • l’analyse d’impacts : conséquences sur l’activité (dommages directs, perte d’exploitation, effets dominos comme une pollution, etc) ; conséquences d’une destruction (remplacement, réparation, arrêt de la production, etc.).

Ces évaluations permettent d’identifier les priorités de sauvegarde, de réaliser des bilans chiffrés de coûts et de trouver des solutions afin de les minimiser.

Les exploitations agricoles, le diagnostic prendra en  compte :

  • le système de production de l’exploitation et sa dynamique ;

  • les équipements et les terrains agricoles.

Les facteurs de vulnérabilité du tissu agricole peuvent être classés en six grandes catégories (source : AScA) :

– situation spatiale des exploitations – caractéristiques techniques & économiques de la production – structuration des activités agricoles dans le territoire – culture du risque – qualité du système d’alarme – mobilisation des solidarités.

Quelles aides au financement ?

Fonds de Prévention des Risques Majeurs ; Le Fond BARNIER