Diagnostic territorial

       Le diagnostic territorial appliqué à la gestion des risques naturels se définit comme suit :

« État des lieux qui recense, sur un territoire déterminé, les problèmes, les forces, les faiblesses, les attentes des personnes, les enjeux économiques, environnementaux, sociaux (…) Il fournit des explications sur l’évolution du passé et des appréciations sur l’évolution future ». Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR, www.diagnostic-territoire.org,2016).

La méthode de travail est globalement la même qu’un diagnostic conventionnel, toutefois elle est adaptée :

  1. La définition du cadre d’intervention : pour qui ? Pourquoi ? Quel périmètre d’étude ? Quels acteurs du territoire sont concernés ? Quels moyens sont employés (financier, matériel, technique, etc.) ? A quelle échéance ?

  2. Le recueil des données : une description de l’aléa ainsi qu’un recensement des enjeux qui y sont exposés, seront les principaux angles de travail.

  3. L’analyse des données.

  4. Les propositions de stratégies d’actions adaptées.

  5. La communication des résultats.

Les étapes 3 et 4 du diagnostic peuvent être soutenues par :

  • des diagnostics de vulnérabilité (cf onglets « diagnostic de vulnérabilité physique et humaine) ;

  • des analyses multicritères ou AMC (en particulier relatives à la mise en place de projet de prévention des inondations ou autres risques climatiques). L’objectif est, à travers une liste de critères, d’évaluer les avantages, les coûts et les bénéfices des mesures à mettre en place pour protéger tels ou tels enjeux.

 

Tableaux méthodologiques AMC prévention des risques inondations :

  • Ce diaporama nécessite JavaScript.